agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Article Communautés Concours Essai Multimédia Personnelles Poèmes Presse Prose _QUOTE Scénario Spécial

Poezii Romnesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 253 .



Petit lièvre blanc
personnelles [ ]
Souvenir

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [gui ]

2019-01-07  |     | 




Tout est blanc, si blanc au dehors ce matin.
Pourquoi cette chanson de Boris Pasternak
vient-elle ressusciter de lointains souvenirs ?
Je marchais dans les sentiers enneigés de notre fille
à l'ombre des sorbiers et des pimbinas
quand tout à coup, j'aperçus ce lièvre blanc 
qui me guettait depuis longtemps.
Nullement apeuré et d'un ton moqueur, il me dit :
-"Bonjour Poète, je t'attends depuis mil ans.
Tu en as mis du temps pour venir à ma rencontre !"
-Oui, je le sais mais Maître Lièvre,
si tu savais comme ça prend du temps 
à l'humain de changer de peau 
pour celui de ton beau pelage !
Puis la neige continua de tomber et nous enveloppa
de toute sa blancheur entièrement pour l'éternité.
Amen.

Chanson par Boris Pasternak

Petit lièvre fuyant par le monde tout blanc, 
Petit lièvre fuyant par la neige toute blanche, 
Petit lièvre fuyant par-devant le sorbier, 
Petit lièvre fuyant au sorbier se plaignit : 
Petit lièvre je suis, et mon cœur est timide, 
Et mon cœur est timide et prend peur aisément. 
Oui, j'ai peur, pauvre lièvre, des bêtes cruelles, 
Des bêtes cruelles et du loup affamé. 
Aie pitié, beau sorbier, protège-moi de tes branches; 
Ô sorbier, doux ami, que tes branches sont belles, 
Ne donne pas ta beauté à l'ennemi méchant, 
À l'ennemi méchant, ou au méchant corbeau. 
Jette tes jolies grappes par poignées dans le vent, 
Dans le vent, par le monde et par la blanche neige... 
Fais-les rouler bien loin, au pays bien-aimé, 
Dans la dernière maison, à la lisière du bois, 
À la dernière fenêtre, et jusque dans la chambre, 
Une prisonnière est là cachée, 
Ma désirée, ma tant-aimée. 
Dis à l'oreille de ma bien-aimée 
Une parole douce et brûlante. 
Dis que je languis, loin en prison, 
Pauvre soldat parti en guerre, 
Et je m'ennuie loin du pays 
Mais je m'en irai de l'amère prison 
Pour retrouver ma douce belle.
(Boris Pasternak, Le Docteur Jivago, partie 11, ch. VI)

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .