agonia
francais

v3
 

Agonia.Net | Règles | Mission Contact | Inscris-toi
poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
armana Poezii, Poezie deutsch Poezii, Poezie english Poezii, Poezie espanol Poezii, Poezie francais Poezii, Poezie italiano Poezii, Poezie japanese Poezii, Poezie portugues Poezii, Poezie romana Poezii, Poezie russkaia Poezii, Poezie

Poèmes Personnelles Prose Scénario Essai Presse Article Communautés Concours Spécial Technique littéraire

Poezii Românesti - Romanian Poetry

poezii


 

Textes du même auteur


Traductions de ce texte
0

 Les commentaires des membres


print e-mail
Visualisations: 47 .



L'exuvie de l'instant
poèmes [ ]

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
par [Célé ]

2018-09-07  |     | 



J’entre dans ma mère récolter les semences
De cet homme, mon père, et sa femme et le vent
Et la pluie et la neige en ces hivers immenses
Qu’il me faut traverser jusqu’au premier levant.

Pour l’instant je ne suis, dans les encres futures,
Qu’une tache de vin sur un buvard épais
Qui m’absorbe avec elle à daigner la roulure
Qui me fera d’un cri, dire : oui, je suis prêt.

Je ne suis que l’instant, le premier de sa race,
Cimentant ma seconde à ce frère siamois
Dont je vole un soulier pour retrouver la trace
Semblable aux deux moitiés ne ressemblant qu’à moi.

Je ne suis avant tout qu’une mine de houilles,
Ni mineur, ni majeur, un bâtard de lutin
Et je fonce droit vers une paire de couilles
Où je tourne de l’œil dans le lit des putains.

Je ne suis après tout qu’un pilotis de glace
Dans la fonte accrochée aux rivières de feu.
Dans la couche je suis comme une chaude place.
Près d’elle, auprès de lui, ruisselants des aveux

Dans la chambre nuptiale, à des dieux se confessent.
Le repenti sincère au mouchoir du remords
Je suis, sans vergogne, entre une paire de fesses,
Pas encore vivant mais plus tout à fait mort.

Je suis un peu d’amour, juste un peu, je l’espère !
Ou de haine, nourri… Que m’importe après coup !
De ma mère j’aurai l’exuvie de mon père.
Sans la mue de l’instant je ne suis rien du tout.

Un bruit dans la poitrine… Est-ce toi qui me hantes ?
Toi le tambour battant comme une infirmité ?
Et je rampe dans un ventre aux aurores lentes…
Des nerfs me poussent hors de mon éternité.

.  |










 
poezii poezii poezii poezii poezii poezii
poezii
poezii La maison de la litérature poezii
poezii
poezii  Recherche  Agonia.Net  

La reproduction de tout text appartenant au portal sans notre permission est strictement interdite.
Copyright 1999-2003. Agonia.Net

E-mail | Politique de publication et confidetialité

Top Site-uri Cultura - Join the Cultural Topsites! .